Quelle vie sexuelle après 60 ans ?

Quelle vie sexuelle après 60 ans ?
15 mai 2015 Thierry

En France en 2015 de plus en plus de personnes conservent une vie sexuelle active à la retraite. Ces relations permettent notamment de réduire les risques de contracter certaines maladies et d’augmenter l’espérance de vie.

 Pour certains la retraite représente une récompense, un graal à atteindre après des années de travail. L’occasion de faire du sport, de voyager, de profiter de sa famille. Les retraités s’épanouissent donc dans de nombreux domaines et l’un d’entre eux a retenu notre attention, le sexe. Selon une étude réalisée par l’ANRS (Agence Nationale de recherche contre le sida), 90% des femmes en couple de plus de 50 ans déclarent avoir eu une relation sexuelle durant les 12 derniers mois. Un chiffre en constante augmentation puisque ce taux n’était que de 53% en 1970. C’était bien sûr un autre contexte.

De plus, avoir une vie sexuelle active serait bon pour la santé. Pour preuve, une personne qui a trois rapports sexuels par semaine rallonge son espérance de vie de dix ans. Voilà qui pourrait peut-être expliquer les records de longévité. Les seniors connaissent davantage leur corps et leurs envies, ils prennent donc davantage de temps ce qui augmente le plaisir. Selon l’étude, 34% des retraités seraient plus épanouis dans leur vie sexuelle depuis qu’ils ont 60 ans. Mais ce n’est pas le cas pour tout le monde. A partir de 50 ans, de nombreuses femmes perdent confiance en elles, à cause notamment des désagréments liés à la ménopause. Chez les hommes 50% seraient touchés par l’équivalent masculin, l’andropause. Une maladie qui se caractérise par une baisse de la testostérone et des troubles de l’érection.

Quelle vie sexuelle après 60 ans ? 

Malgré ces désagréments, le désir sexuel n’a pas d’âge. Par exemple, à 95 ans, la vie sexuelle évolue encore. Evidemment la part d’actifs diminue mais 27% des hommes conservent du désir, contre 5% de femmes. La vie sexuelle est ainsi reléguée au second plan à l’inverse des baisers, des gestes tendres ou encore des contacts physiques.

Les maisons de retraites s’adaptent

En France en 2015 de plus en plus de personnes conservent une vie sexuelle active à la retraite.  

La sexualité est encore un sujet tabou chez les personnes âgées. Une opinion qui pourrait évoluer avec l’arrivée prochaine de nouvelles générations de séniors, celles qui ont découvert leur sexualité dans la période de Mai 68. C’est pourquoi de plus en plus de maisons de retraite s’équipent pour répondre aux besoins de ces patients. 10% d’entre eux conservent une vie sexuelle active au sein de ces établissements. Parmi les nouveautés, des lits doubles médicalisés et des pancartes « ne pas déranger ».

Ce qui dérange en revanche c’est leur manque de prudence. En effet, les plus de 65 ans seraient la catégorie d’âge qui utiliserait le moins de préservatifs. Ils s’exposent donc à des risques, aux maladies sexuellement transmissibles. Ces maladies ont touché cette année 2% des personnes vivant en maison de retraite. Ce chiffre double tous les ans. Une campagne de prévention a été lancée par l’association AIDES en France. Il n’est jamais trop tard, ni pour aimer, ni pour apprendre.

 

 

 

Comments (0)

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*